L’Impact du confinement sur le travail : vers une généralisation du télétravail ?

Le télétravail s’est imposé comme l’alternative incontournable pour des millions de Français quand le confinement relatif à l’épidémie de Covid-19 a débuté. Pour les Français mais pas seulement tant cette solution a également été adoptée dans tous les pays touchés par le virus. L’assurance de permettre une continuité de l’activité de milliers d’entreprises tout en respectant les gestes barrières et le confinement et ainsi participer activement à la lutte contre la propagation du coronavirus. Un passage « contraint » en télétravail qui a néanmoins permis d’entrevoir un nouveau modèle. Au point d’inciter les entreprises à généraliser le télétravail à domicile ?

Télétravail : vers une plus grande liberté ? 

Paradoxalement, le télétravail est apparu à de nombreux salariés qui ont pu l’expérimenter sur une période relativement longue, comme un mode de travail plus libre. Ils sont ainsi beaucoup aujourd’hui, alors que plusieurs salariés reprennent le chemin de leurs bureaux, dans les locaux de leurs entreprises, depuis le 11 mai, à vouloir continuer le télétravail. Ou pourquoi pas opter pour une solution de télétravail partiel. Le télétravail ayant en effet des vertus. On reste chez soi et on peut ainsi s’organiser avec une plus grande aptitude. Peut-être travailler par exemple un peu plus tard le soir sans craindre de rester bloqué dans les bouchons ou encore organiser ses journées différemment. Aux États-Unis, un sondage réalisé par la société getAbstract a mis en évidence que 43% des salariés interrogés aimeraient rester sur un emploi entélétravail. Le travail à domicile qui, s’il a été vécu comme une sorte de punition pour certains employés, a donc révélé ses vertus à une autre bonne partie d’entre eux. 

Télétravail :  les vertus et les inconvénients du travail à domicile

Opportunité de structurer ses journées comme on l’entend, flexibilité, moins de temps passé dans les transports, diversification des tâches… Les avantages du télé-travail sont nombreux. C’est d’ailleurs pour cette raison que de nombreuses personnes n’ont pas attendu d’y être contraintes pour l’adopter, en accord avec leur direction. Pour d’autres en revanche, le télétravail fut perçu comme une obligation peu engageante. En télétravail à domicile où il est par exemple plus difficile de compartimenter le temps en entreprise et la vie privée. Surtout quand on ne dispose pas d’un espace dans son domicile exclusivement dédié au travail. La nécessité de concilier vie de famille, pendant le confinement, avec les enfants à la maison, ayant aussi compliqué la tâche de nombreux télé-travailleurs. 

Vers une généralisation du télétravail ? 

Si le télétravail a indéniablement permis de limiter la baisse de productivité pour un très grand nombre d’entreprises, notamment celles capables de fournir du matériel pour travailler à leurs salariés, il n’est pas possible dans tous les cas. Vu comme une démarche prometteuse de responsabilisation et d’automatisation des salariés, le télétravail n’est pour autant pas la réponse à toutes les problématiques. On peut ainsi raisonnablement penser que le nombre de personnes en télétravail risque d’augmenter à la fin de l’épidémie sans pour autant parler de généralisation. Le télétravail s’imposant aujourd’hui, y compris en période de déconfinement, comme une mesure sécuritaire rassurante mais pas systématiquement comme une alternative accessible par 100% des entreprises y ayant eu recours pendant le confinement. La généralisation du télétravail posant à terme des questions plus ou moins sensibles. On peut par exemple se demander si une entreprise qui fera le choix du télétravail pour la majorité de ses collaborateurs devra participer aux frais de logement. Le foyer devant un bureau pendant les heures d’activité. 

Il est donc certain que si le confinement a mis en lumière les nombreuses vertus du télétravail et que ce dernier risque bien d’être privilégié, ou au moins souhaité par plusieurs salariés, sa généralisation, si elle se produit, pourrait prendre du temps.