Sécurité au travail : le confinement va-t-il provoquer la fin des open-spaces ?

Les mesures de confinement décidées par le gouvernement afin de limiter la propagation du virus Covid-19 ont eu un impact considérable sur le monde de l’entreprise. Une crise sanitaire aux effets immédiats, avec par exemple la nécessité d’opter, quand les conditions le permettaient, pour le télétravail mais aussi aux conséquences plus indirectes. Notamment en ce qui concerne l’open-space. Des bureaux ouverts, qui accueillent parfois un grand nombre de personnes, amenées à interagir toute la journée et à circuler librement. Un schéma aujourd’hui parfois montré du doigt, qui va devoir s’adapter pour perdurer à l’heure où le déconfinement ne doit pas rimer avec abandon des gestes barrières. 

Comment adapter l’open-space pour une meilleure sécurité au travail ? 

Les entreprises ont dû faire face au déconfinement et donc au retour progressif des salariés dans les bureaux en mettant en place diverses mesures relatives à l’hygiène et à la sécurité au travail. Disponibilité des masques et du gel hydroalcoolique notamment mais bien sûr aussi distanciation sociale étant les mots-clés du défi qui s’est vite imposé au monde de l’entreprise afin de favoriser la relance économique. Une question d’autant plus sensible dans le cas, très répandu, des open-spaces. Caractérisé essentiellement par l’absence de murs ou simplement de séparations entre les salariés, l’open-space va donc devoir évoluer. Car s’il pourra ne représenter aucun risque quand le Covid-19 ne fera plus partie de notre quotidien, à l’heure actuelle, les gestes barrières ont fortement remis en cause sa pertinence. L’occasion pour l’open-space de faire sa révolution ? Ce serait bien possible. Mais comment l’adapter pour cocher toutes les cases en matière d’hygiène et de sécurité au travail ? Pour l’instant, à l’heure de ce début de déconfinement, l’open-space n’est plus en mesure d’accueillir autant de personnes. Les distances doivent être respectées et l’espace de travail doit favoriser des déplacements et des interactions sécurisés. Mais pour la suite ? Il semble évident que le bureau du futur va devoir faire preuve de flexibilité…

Vers un nouvel open-space plus flexible

L’option du flex-desk est étudiée pour répondre à ces nouvelles problématiques. Le flex-desk qui consiste, pour une entreprise, à trouver un bureau plus petit, peut-être plus centralisé géographiquement parlant, afin d’accueillir un nombre restreint de salariés en fonction de leur planning respectif. Avec peut-être une alternance rendue possible grâce au télé-travail. Le but étant de réduire le trafic au sein même des bureaux. Le flex-desk qui ne va pas sans entraîner des questions… Notamment par rapport à la nécessite de « tourner » à plusieurs sur un seul bureau. Le bureau étant considéré comme un espace personnel de travail. Espace qu’il sera compliqué de pleinement s’approprier dans ces conditions. La tendance semble alors se diriger vers des solutions de bureaux compartimentés avec des salles de travail individuelles ou presque, pouvant recevoir trois ou quatre personnes maximums et la mise à disposition de salles pour les réunions, les pauses et la détente. Un modèle en pleine mutation que le confinement a rendu encore plus pertinent. 

Trouver un bureau à Paris pour plus de sécurité au travail 

Si le déconfinement a poussé beaucoup d’entreprises à revoir la disposition de leurs bureaux pour répondre à ces nouvelles normes, il est fort probable que beaucoup d’entre elles cherchent dans un avenir plus ou moins proche de nouveaux bureaux. Les jeunes entreprises devant quant à elle prendre en considération ces facteurs inédits pour trouver un bureau à Paris ou ailleurs, capable d’assurer une sécurité au travail optimale. L’enjeu étant que tout le monde puisse travailler en se sentant à son aise, dans un bureau capable, si les circonstances l’exigent, de se moduler pour offrir à chacun la sécurité indispensable.